Festival d'Avignon 2015


Lettre d'une inconnue

Du 4 au 26 juillet 2015 à 17h20 à Présence Pasteur 13, rue du Pont Trouca 

Stefan Zweig, nous raconte de façon magistrale la folie d’une passion absolue, obsessionnelle, dévastatrice… les instants sublimes d’une femme à la poursuite d’un fantasme, éblouie à l’adolescence par un homme riche et célèbre qu’elle aimera inconditionnellement, attendra, espérera…sans jamais être reconnue de lui.

C'est de cet amour là dont il s’agit : Ici nulle confusion des sentiments : l’amour est pur, sans limite, incontrôlable …


« Tu as posé sur moi ce regard chaud, tendre et enveloppant, c’était comme une caresse et moi l’enfant de treize ans, je me suis enflammée. J’ai cru que cette tendresse n’allait qu’à moi. Dès cette unique seconde, je t’ai aimé… c’est pour toi seul que j’ai vécu… Toi qui ne m’as jamais reconnue. »

 

L’adaptation théâtrale, fidèle à ce texte magnifique, dévoile cette femme qui porte à son paroxysme la dévotion amoureuse. La mise en scène sobre met remarquablement en valeur l’intensité du jeu de la comédienne qui interprète « l’inconnue » avec justesse et  émotion.

 

Jeu: Violaine Savonnet

Mise en scène : Danielle Latroy-Fuster

Musique: Philippe Poisse

Eclairage: Alain Lapierre

Retour accueil

Pour voir la bande-annonce du spectacle, cliquez ici

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

La presse
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Lettre d'une inconnue de Stefan Zweig

Présence Pasteur du 5 au 27 juillet 2014 Festival Avignon

 

Violaine Savonnet est remarquable dans l’interprétation de cette femme passionnément amoureuse. C’est la force des sentiments qui la porte ou qui la jette à terre. Cet amour c’est une révélation, une offrande, un acte de foi qui l’engage toute entière. Il y a quelque chose de religieux, de surnaturel, trop fort et trop entier pour être partagé. L’amant va partir. L’enfant va mourir, mais la passion va subsister dans la lettre de l’inconnue, intacte et souveraine.

La comédienne prononce les mots de Stefan Zweig avec calme et précision, sans cri, sans démesure, avec juste la force qu’il faut pour dire le grand amour.

Claude Kraif revue-spectacles.com

Les mots du public Avignon 2014

"Un texte merveilleux servi par une interprète extraordinaire."

 

"Merci pour cette émotion bouleversante qui renvoie tellement à la vie."

 

"On aime Stefan Zweig mais on a adoré cette magnifique interprétation."

 

"Merci pour cette beauté évolutive de la femme avec toutes ses émotions de 13 ans jusqu'à la maturité."

 

"Quel texte ! Quelle interprétation! Un moment de bonheur !"

 

"Merci pour cette interprétation tout en délicatesse d'un texte lui même si délicat et si riche! Bravo!

 

"Merci pour cette émotion qui va me suivre... Encore..."

 

"...Violaine, seule en scène, incarne toute la poésie du texte, et insuffle à ce monument de littérature intemporel une note actuelle et une grande vitalité à toute la palette de sentiments et d’émotions décrits par Zweig."
Le Bien Public le 12/09/2014

 

 

Théâtre Dijon : Une vie à l'attendre

 

Qui est donc cette inconnue décrite par Stefan Zweig ? Violaine lui donne corps, elle lui donne voix, elle lui donne âme. Au Bistrot de la Scène vendredi soir, la réalité sublimait la littérature : trituré, coupé, adapté, le texte de Lettre d'une inconnue vibrait de toute sa musicalité, avec une poignante intensité.

Tout au long de la soirée, le public retient son souffle, tendu comme un arc vers cette inconnue qui déploie, devant lui, une large gamme d'émotions contraires. A peine pardonne-t-il le raclement des chaises au sol lors des changements de position... pour mieux s'abîmer dans le récit de la vie de cette inconnue, qu'elle dévoile sans pudeur, par petites touches choisies.

A la fin, ne reste que le goût âcre de l'incendie allumé par la passion, le poids du vide de cette vie consumée par une vaine attente, les restes misérables de cet amour si grand que la raison n'a su guider.

Mayalen Gauthier  Le Bien Public 20-09-2014

 


/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////